Roland Jourdain

Roland Jourdain

Navigateur et fondateur du fonds Explore, un incubateur d’explorations au service de la planète

ROLAND JOURDAIN, NAVIG’ACTEUR DE LA PLANÈTE
C’est pas l’homme qui prend la mer… c’est la mer qui prend l’enfant. Roland Jourdain ne se présente pas comme un enfant de la balle, pas de « voileux » dans sa famille, mais des pêcheurs. C’est tout de même assez proche de l’eau. Suffisamment pour qu’enfant, le futur navigateur commence à être fasciné par les flots. Il le dit lui-même : il est arrivé aux régates et aux courses plus par goût des embruns que par celui de la compétition. « La mer ? C’est une bonne copine ».
“Bilou”, comme on le surnomme sur les pontons, est un acteur passionné de la course au large. Son talent s’est forgé sur tous les supports au creux de la vallée des fous de Port-la- Forêt et sur les mêmes bords de circumnavigateurs tels qu’Eric Tabarly, Michel Desjoyeaux et Jean Le Cam… Aussi jovial à terre que fervent compétiteur en mer, il n’est jamais en reste au départ d’une course et son palmarès le prouve : double champion du monde Imoca, vainqueur des deux dernières éditions de la Route du Rhum en 2006 et 2010, de deux éditions de la Jacques Vabre en 1995 et en 2001… Il cumule aujourd’hui les milles l’expérience et le talent des grands marins qui font partie de l’élite maritime.
Palmarès
• 3ème du Vendée Globe 2000-2001
• 3 Routes du Rhum (vainqueur en 2006 et 2010)
• 2 Calais Round Britain Race (vainqueur en 2005)
• 8 Transats Jacques Vabre (vainqueur en 1995 et en 2001)
• Champion du monde Imoca en 2001 et 2002
• 8 Solitaire du Figaro,
• 6 Transats AG2R (vainqueur en 1994)
• 2 Whitbread (1985, 1989)
L’EAU DU JOURDAIN
Aujourd’hui, Roland Jourdain continue les navigations et accompagne un jeune skipper Morgan Lagravière,. Sa société kairos a acheté le 60 pieds Ex Safran et il recherche de nouveaux partenaires pour continuer l’aventure de course au large.
Mais il a donné un sens nouveau à son travail avec son écurie de course « Kaïros ». Celle-ci ne se contente pas de gérer sa carrière ou celle des autres. C’est un véritable laboratoire.
DE LA COURSE AUTOUR DU GLOBE À LA COURSE POUR LE GLOBE
Comment prend-on conscience que naviguer ne suffit plus ? Pour « Bilou », c’est une évidence : on vogue, on voit de plus en plus de déchets plastiques au large des côtes africaines et brésiliennes… « L’océan c’est un peu le tapis qu’on soulève pour y cacher la poussière ». Il faut agir. Mais certainement pas en donnant des leçons de morale. Le but est de changer les choses en offrant des solutions compétitives. Cette approche pragmatique du voileux, il la suit déjà lorsqu’il se fait pédagogue pour convaincre autour de lui : il a ainsi réalisé avec son équipe l’analyse du cycle de vie de son activité à partir d’une course emblématique : le Vendée Globe. « Construction du bateau, entretien, vie de l’équipe, sponsor… On a tout pris en compte. Cela a permis d’éclairer des leviers sur lequel on peut agir vite, auxquels on n’avait pas forcément pensé, et d’autres plus longs comme la construction d’un bateau de course en matériau composite, ce n’est pas pour demain non plus. Mais au moins, on sait ce que l’on peut faire. »
« LE BUT EST DE CHANGER LES CHOSES EN OFFRANT DES SOLUTIONS COMPÉTITIVES. »
Justement, il sait ce qu’il peut faire et il le fait. Kaïros s’est spécialisé sur ce créneau précis des bio-composites. L’objectif est bien d’accompagner les industriels à utiliser des solutions alternatives pérennes. En tenant ce cahier des charges rationnel, Roland Jourdain entend bouger les lignes en prouvant que l’on peut concevoir autrement, en limitant les dommages collatéraux sur l’environnement. Avec l’aide de la région Bretagne, est sorti de l’atelier Kaïros en mai 2013 le premier trimaran éco-conçu à partir de fibres de lin, de liège, de balsa et de résine en partie bio-sourcée qui sert de plateforme de test des matériaux biosourcés utilisés. Kairos biocomposites depuis a développé un produit entièrement biodégradable, notamment pour l’usage de la cosmétique, produit qui fait actuellement l’objet d’un dépôt de brevet. Kairos biocomposites développe également, avec l’aide de l’ADEME, un matériau en structure sandwich et composé de fibres lin sous forme de mat, d’une âme naturelle et d’une matrice thermoplastique biosourcée, recyclable et biodégradable. Le matériau répond à un cahier des charges de PLV portant sur des critères d’usinabilité, d’aspect esthétique, d’allègement, de capacité de recyclage et de performances mécaniques.
Pour répondre à de tels défis, Roland est convaincu qu’il faut de vrais explorateurs de l’écologie, qui n’ont pas peur d’innover, qui collaborent.
Pour soutenir ces explorateurs, il a créé le fonds de dotation EXPLORE qui vient en aide aux « explorateurs du XXIème siècle qui cherchent à apporter des solutions concrètes et durables aux problèmes environnementaux ». Le sextant de l’avenir à la main, le navig’acteur ne se contente pas de mener sa propre barque, il contribue avec Explore à créer un monde meilleur pour demain.

Qui va payer pour protéger les océans ?

Conférence - NOVAQONCEPTS Bordeaux - Hangar 14 - NIVEAU 1

En décembre 2017, les Nations Unies annonçaient la Décennie internationale des sciences océaniques pour le développement durable (2021-2030). Le rôle crucial de l’océan dans la régulation du climat est aujourd’hui peu à peu révélé. Que nous enseignent les découvertes récentes? Quels sont les systèmes de financements innovants qui se développent dans le monde pour assurer […]

Océan
VOIR PLUS